Victoire à Roybon!

Le 8 juillet, Pierre & Vacances annonce l’abandon de son projet de Center Parcs à Roybon. Ci-dessous, le communiqué de la Nina en réaction à cette victoire!

Enfin, Pierre part en Vacances.

La compagnie Pierre & Vacances a abandonné son projet de complexe touristique Center Parcs à Roybon. À la bonne heure ! C’est une victoire de taille dans la lutte contre la destruction de notre monde et du vivant qui l’habite ; une victoire qui en appelle d’autres. Déjà parce que Pierre & Vacances a d’autres projets du même acabit en France et ailleurs, et ensuite parce que la cohorte de ceux qui considèrent le monde comme un ensemble de ressources à exploiter, au mépris de la vie, ne se limite pas à Pierre & Vacances et à leurs soutiens.

Le développement économique a un coût qu’il s’agit de ne plus nier. Nous n’avons pas été dupes des arguments économiques trop souvent rabâchés en faveur du projet de Center Parcs, qui visaient à en camoufler le coût environnemental et social. Concernant la promesse d’emplois, par exemple, il a fallu rappeler constamment la précarité des conditions de travail proposées par Pierre & Vacances, ou encore la mobilisation des finances publiques nécessaires à la création de ces infrastructures et des emplois qui vont avec. Dans les conditions actuelles, crise du COVID oblige, les finances publiques vont, pour le seul secteur touristique, être sollicitées à hauteur de plus de 18 milliards d’euros.

C’est bien la détermination du mouvement d’opposition qui a eu raison de ce projet, et ce malgré les nombreux coups de pouce légaux et financiers dont Pierre & Vacances a bénéficié ces dernières années : avantages fiscaux, prolongation de deux ans de leur autorisation de défricher pour le projet de Roybon, et même, tentative de profiter d’une modification de définition des zones humides avancée par le Conseil d’État en 2017, qui fort heureusement n’a pas été retenue.

Pour venir à bout du Center Parcs de Roybon, la diversité des tactiques d’opposition, parfois si délicate à harmoniser, a été cruciale. Pierre & Vacances a ainsi reconnu avoir été bloqué à la fois par des recours juridiques et par l’occupation dite « illégale » de son terrain. Nous sommes plus que jamais convaincus de la nécessité d’une opposition frontale et multiple à la réalisation de tels projets, car les lois de protection de l’environnement s’avèrent largement insuffisantes pour assurer la préservation des espaces et des êtres vivants face à des intérêts politiques et économiques. Telles quelles, ces lois accompagnent un désastre que nous ne voulons ni négocier, ni gérer.

Nous nous insurgeons contre la criminalisation de la zad de Roybon et l’appel à son évacuation de la part d’élus de la droite (voir par exemple les propos de Yannick Neuder, Vice-Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et entrepreneur dans les secteurs du tourisme et de l’immobilier, Le Dauphiné Libéré, 9 juillet 2020). Anciens occupants, ou sympathisants de l’occupation de cette forêt, nous soutiendrons ceux qui l’habitent actuellement s’ils décident de continuer à y vivre. Les mensonges d’État ne trompent personne : ce ne sont pas les zadistes qui détruisent les forêts, mais ceux qui les rasent et les grillagent.

Nous continuerons à nous opposer aux autres projets de Pierre & Vacances. L’avancement des projets de Poligny, dans le Jura, et du Rousset en Saône-et-Loire marque le pas. Nous y voyons les effets cumulés des recours déposés, de la permanence des résistances depuis cinq ans et des sécheresses estivales qui soulignent l’absurdité de projets particulièrement voraces en eau potable. Enfin, gardons à l’esprit que ces projets prédateurs peuvent « très bien réussir quand le contexte n’est pas aussi hostile », comme l’a souligné Gérard Brémond, P.D.G de Pierre & Vacances. Dans le Lot-et-Garonne, le chantier d’un autre Center Parcs a commencé, et nous le regrettons !

Il s’agit également de ne pas laisser la compagnie compenser son incapacité à construire de nouveaux centres par l’agrandissement de ceux déjà existants, comme celui des Bois-Francs, dans l’Eure, ou encore par la fuite vers d’autres contrées, en Allemagne, Europe du Nord, ou ailleurs dans le monde (en Chine par exemple). Nous formulons un espoir et un but : que la victoire obtenue à Roybon nourrisse l’opposition à l’artificialisation des forêts et au développement de l’industrie du tourisme. Nous espérons que cette victoire fera grandir les résistances à tous les projets d’aménagement du territoire, inutiles et imposés, qui conduisent à l’empoisonnement du vivant, des sols, de l’eau et de l’air au nom du profit, souvent drapé de vert.

Nous continuerons aussi, cela va sans dire, à suivre de près le devenir de la forêt de Roybon. Nous nous opposerons à son utilisation comme réservoir de compensation, ou comme terrain pour d’autres projets mortifères, même déclarés « durables ». Nous voulons que cette forêt reste libre d’accès, que l’eau y courre sans entraves, qu’animaux, plantes et humains y vivent au mieux. Nous voulons des forêts vivantes.

L’image contient peut-être : arbre, plante et plein air
Zad de Roybon – Barricade Sud

Contre Center Parcs et son monde, persévérons !

Tourisme de masse, aménagement des territoires et capitalisme vert…

05 & 06 juillet 2019 / Poligny & Lons-le-Saunier

Alors que les trois projets de Center Parcs envisagés en Bourgogne-Franche-Comté et Rhône-Alpes sont à l’arrêt (la convention liant la Région BFC à Pierre & Vacances étant « caduque » pour reprendre les termes du délégué au tourisme Patrick Ayache, et le projet de Roybon étant stoppé par des occupations et des recours en justice), les élus locaux de Poligny et des environs ne baissent toujours pas les bras.

Pour preuve, suite à la déclaration faite par le maire de Poligny, à la fin du mois de mai, la Communauté de Communes Coeur de Jura Arbois-Poligny-Salins a fait appel de la décision du Tribunal Administratif relative au recours déposé par Le Pic Noir à l’encontre de la modification du PLU. Ceci alors que les nombreux problèmes soulevés par les divers opposants aux projets sont toujours présents (forêt malmenée, argent public dilapidé, zones naturelles dévastées, création d’emplois factices, …) et certains d’une actualité accrue (récurrents problèmes d’eau dans le département).

Effectivement, qu’un Center Parcs ou d’autres travaux soient envisagés dans la forêt de Poligny, les nuisances restent identiques. Et l’argumentaire pour justifier la course au profit similaire. Détruire l’environnement pour garantir des emplois (précaires, sous payés, aliénants, superflus), et ce à n’importe quel coût, voilà la recette qui nous est proposée ! Nous ne voulons pas la goûter. Même pas pour « essayer ».

C’est dans ce contexte que l’Assemblée d’Opposant.e.s à Center Parcs invite la population, dans toute sa diversité, à participer à plusieurs moments d’action à Poligny et à Lons-le-Saunier afin de continuer de s’opposer à Center Parcs et au monde qui va avec. Alors n’hésitez pas, rejoignez-nous !

**********

**********

VENDREDI 05 JUILLET – POLIGNY

CINÉ-COMTÉ – 7€
20h15 : Accueil et infokiosque / 20h30 : Diffusion puis discussion

Diffusion du film « Le temps des forêts » (1h43) de François-Xavier Drouet. Projection suivie d’un débat avec des forestiers en lutte dans le Jura.

Synopsis : « Symbole aux yeux des urbains d’une nature authentique, la forêt française vit une phase d’industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, Le Temps des forêts propose un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert boisé, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain. »

**********

SAMEDI 06 JUILLET – POLIGNY

10h00 : COUR de la MAIRIE

Rendez-vous afin de continuer d’afficher notre commune opposition à Center Parcs, au tourisme de masse et au monde qui les a rendus possibles.

Rassemblements et manifestations se sont succédé ces dernières années à Poligny sans, pour le moment, faire changer d’avis l’élite en place à la Mairie. Faisons de cet appel à investir la cour de la Mairie un moment vivant et de rencontres qui pourra faire vaciller l’opinion des élus locaux, qu’ils siègent ici ou auprès de la Communauté de Communes. Le rapport de force construit par les composantes en lutte depuis plusieurs années doit être consolidé et amplifié. Continuons d’afficher notre présence, persévérons à montrer que d’autres possibles sont à portée de main et insufflons un revirement de situation. Pour cela, banderoles, instruments de musique, masques, pancartes, slogans, chansons, maquillages, déguisements et bonne humeur seront les bienvenus.

**********

SAMEDI 06 JUILLET – LONS-le-SAUNIER

Centre Social, 2 Rue de Pavigny – PRIX LIBRE
19h30 : Accueil et infokiosque / 20h00 : Présentations et débat

Échanges autour du tourisme de demain, la gentrification en milieu urbain et la bulldozérisation en milieu rural, sur l’aménagement du territoire, ses objectifs et ses conséquences.

L’Office de l’Anti-Tourisme, actif principalement à Grenoble, proposera une critique complète du tourisme de masse.
La Guillotière n’est pas à vendre, basée logiquement à Lyon, exposera le cas d’un quartier dont la population pauvre est inlassablement chassée par la « pression immobilière ».
L’Assemblée d’Opposant.e.s à Center Parcs, agissant dans le Jura, s’exprimera autour de la lutte contre un projet d’infrastructure touristique devant grignoter des espaces boisés.

Rassemblement 30 avril – CAA de Lyon

Le 30 avril, le projet du Center Parcs de Roybon (Isère) repasse en procès à Lyon…

La coordination Center Parcs, Ni ici, Ni ailleurs (la NINA) vous invite à manifester votre opposition à ce projet devant le tribunal de 13 h à 15 h le 30 avril 2019 – Cour d’Appel Administrative, Palais des juridictions administratives 184 rue Duguesclin, 69003 Lyon.

Elle vous invite également le soir-même à un débat animé par l’Office de l’Anti-Tourisme qui présentera les risques liés au tourisme et nombreuses nuisances des Center Parcs à La Luttine, 91 rue Montesquieu 69007 à partir de 19 heures.

Tract d’invitation ici:

Cliquer pour accéder à fly_30mai_lowdef_final_-_copie_2.pdf

Cela fait presque cinq ans que la compagnie Pierre & Vacances est embourbée dans les zones humides de la forêt de Roybon (en Isère, dans le massif des Chambarans). A l’automne 2014, le préfet de l’Isère tente de passer en force en autorisant le projet malgré ses retombées sur l’environnement reconnues par les lois de protection. Les travaux sont stoppés grâce à des manifestations et l’occupation de terrain qui s’ensuit, puis par un recours juridique.
Depuis, au niveau juridique, c’est un jeu de ping-pong entre les différentes cours : premier jugement à Grenoble à l’été 2015, appel à Lyon en décembre 2016, recours en cassation au Conseil d’État qui donne son verdict à l’automne 2018 et renvoie l’affaire au tribunal de Lyon. Là, accélération, contre toute attente : la cour d’appel de Lyon rejugera le dossier le 30 avril 2019.

On commence à voir le bout de cette histoire, même s’il est toujours compliqué de faire des pronostics sur la décision du tribunal…

Il n’y a pas 46 000 possibilités : soit l’opposition obtient gain de cause (1), soit c’est Pierre & Vacances qui l’emporte (2) :
1 – Dans le 1er cas, pour l’instant rien ne devrait bouger. P&V peut soit décider d’abandonner le projet (et alors c’est la fin… jusqu’au prochain projet de merde) soit demander une nouvelle fois au Conseil d’État de réviser le procès (c’est la dernière fois, normalement, qu’ils peuvent faire cette demande). Nous pensons que c’est probablement ce qu’ils vont faire. Donc nouvelle audience au Conseil d’État, qui, comme depuis le début, risque fort d’aller dans leur sens. Et c’est là, si c’est effectivement ce qui se passe, que P&V relancerait des travaux.
Comme dit plus haut, P&V peut aussi décider d’abandonner le projet, maintenant ou après avoir sollicité le Conseil d’État. Ils n’ont pas l’air partis pour, mais sait-on jamais, qu’ils aient une sorte de douloureuse illumination…
2 – Si P&V l’emporte, il y a urgence, car il n’y a plus rien, au niveau juridique, qui les empêche de construire leur foutu Center Parcs. Ils vont sans doute chercher à expulser la Zad et à redémarrer des travaux. Les associations pourraient choisir de porter l’affaire devant le Conseil d’État (où elles risquent de se faire envoyer paître, vu les positions de celui-ci) ou devant l’Europe, qui n’a aucun moyen, concrètement, de peser dans l’affaire. Mais ces recours ne suspendront pas l’autorisation de démarrer les travaux, sauf décision du juge dans ce sens.

L’accélération des procédures n’annonce rien de bon. L’instruction du dossier a été hyper rapide, comme si les juges étaient pressés de se débarrasser de ce dossier. Peut-être dans le but de ne pas obliger Pierre & Vacances à redemander certaines autorisations qui vont bientôt devenir caduques.

Il nous paraît très important de suivre ce qui va se passer ce 30 avril et le jugement qui en sortira, car si le feu vert est donné au projet, les barrières juridiques seront quasiment levées. Pierre & Vacances ou les services de l’État tenteront peut-être d’expulser la Zad, pour redémarrer les travaux peu après. Le rendu du procès devrait être donné deux ou trois semaines plus tard.

Qu’est-ce que c’est?

« La Grande Tournée »

Contre la marchandisation et la « touristification » du monde

Organisée par la Coordination

« Center Parcs : Ni Ici, Ni Ailleurs ! »

Avec le soutien de différents collectifs, associations, lieux d’accueil et de lutte

Du dimanche 8 au dimanche 29 avril 2018

Discussions, débats, présentation de la lutte contre les Center Parcs, concerts, théâtre, librairie, infokiosque-automédia, projections, lectures, cafés-forêts, etc…

L’idée est de relier les trois sites en résistance afin d’informer, de faire connaître cette lutte dans la rue, de faire des rencontres et de partager des moments ensemble. « La Grande Tournée » partira de Roybon le dimanche 08 avril 2018 et tracera sa route durant 3 semaines en faisant étape sur un lieu différent chaque jour.

Notre convoi se composera : d’une bibliolutte (livres, brochures, docs en tous genres, revues contre Center Parcs, textes…), d’un infokiosque-automédia, d’une cantine, pourquoi pas d’une malle aux chansons, d’une boîte à contes, d’une expo-photos, d’une salle de cinéma sous les étoiles et d’autres surprises encore.

Les étapes dans les villes et villages entre chaque site seront l’occasion d’y organiser des cafés-forêts, des soirées d’information et d’échanges, des projections, du théâtre, du clown… mais aussi d’y rencontrer des gens en lutte localement et de leur laisser la parole à cette occasion.

Les étapes sur les sites convoités par Pierre et Vacances auront lieu les weekends (à Poligny les 14-15/04, au Rousset les 21-22/04 pour finir à Roybon les 28-29/04). Au menu : profiter du printemps, organiser des balades naturalistes, des ateliers de construction de cabane, des jeux, des parcours d’orientation…et faire la fête. Au plaisir de vous y retrouver !

La Coordination

Center Parcs : Ni Ici, Ni Ailleurs!